Information médicale

Fiches illustrées vous décrivant les interventions chirurgicales les plus courantes.

Information médicale

Prothèse Uni-compartimentale de Genou

La prothèse uni-compartimentale est une excellente alternative à la prothèse totale de genou donnant des suites plus rapides et un genou plus naturel. Il existe cependant de nombreuses contre-indications restreignant souvent sont utilisation.

1. Genou sain

Genou sain, sans lésion cartilagineuse tibiale ou fémorale.

2. Prothèse uni-compartimentale de genou.

Le cartilage usé est remplacé par la prothèse. Cette dernière contient un implant fémoral et un implant tibial.

3. Arthose uni-compartimentale.

Le cartilage usé est remplacé par la prothèse. Cette dernière contient un implant fémoral et un implant tibial.

4. Réalisation des coupes osseuses.

Ces coupes permettent de retirer le cartilage abimé et de ré-axer le genou. Elles créent l’espace pour la prothèse.

5. Implantation de la prothèse.

L’implant fémoral et tibial est mis en place remplaçant ainsi le cartilage.

Pourquoi et quand

Le cartilage du genou peut s’abimer, s’user avec le temps et devenir douloureux lors du mouvement. Cette usure du cartilage appelée arthrose est irréversible et évolue vers une dégradation de l’articulation responsable d’une douleur, d’une raideur, de boîterie et d’une diminution des activités.
En début d’évolution, les médicaments contre la douleur et les anti inflammatoires suffisent à masquer les symptômes et mener une vie normale. Lorsque leurs effets deviennent insuffisants, la question se pose d’une intervention chirurgicale.
Le frottement du cartilage usé qui n’est plus lisse est responsable des douleurs. Le but de la prothèse est de remplacer ce cartilage. Après la chirurgie, c’est donc la prothèse qui frotte ce qui permet de soulager les douleurs et ainsi améliorer la marche.

Anatomie du genou

Le genou est une articulation qui permet de joindre la jambe à la cuisse. Elle est mise à contribution de manière importante lors de la marche et de la course où elle supporte jusqu’à six fois le poids de notre corps. Elle met en jeu trois os : le fémur, le tibia et la patella (rotule), par le biais de trois articulations : l’articulation fémoro-patellaire et les articulations fémoro-tibiales interne et externe. L’arthrose est uni-compartimentage si elle atteint un seule de ces trois compartiments. Sous certaines conditions, il est alors possible de réaliser une prothèse unicompartimentale qui ne touche pas au reste du genou. Si l’arthrose est bi ou tri compartimentage, il convient alors de réaliser une prothèse totale de genou qui remplace tout le cartilage usé.

Intervention

La durée est d’environ une heure et se pratique sous anesthésie générale ou rachi anesthésie.
On réalise une incision à la face antérieure du genou puis on contourne la rotule pour s’assurer une bonne visualisation de l’articulation. A l’aide de guides de coupe très précis, l’os est sculpté afin de retirer le cartilage abîmé et l’espace pour recevoir la prothèse est créé. Une prothèse d’essai est d’abord mise en place ce qui permet de choisir la taille adaptée et réaliser un dernier contrôle. La prothèse définitive est ensuite scellée. Elle est composée de deux éléments remplaçant le cartilage d’un plateau tibial et d’un condyle fémoral.
Un traitement contre la douleur est mis en place; il sera adapté en fonction de ce que vous ressentez.

Suites opératoires

La durée d’hospitalisation varie de 48 heures à quelques jours. La rééducation est débutée le jour même selon les protocoles de récupération rapide qui sont developpés actuellement.
La sortie se fait généralement à domicile, où la rééducation est poursuivie.
Des cannes sont utilisées en fonction de la douleur et sont généralement abandonnées à 4 semaines.
La reprise de la conduite est envisageable à un mois.
La reprise du travail se fait en moyenne à 6 semaines mais varie de manière importante selon votre activité.
La reprise des activités sportives telles que la natation, le vélo peuvent se faire très rapidement; les sports avec plus d’impact tels que le footing à partir du 3éme mois.

Risques

Une raideur peut se developper d’où l’importance de la rééducation afin de récupérer de bonnes mobilités.
Un saignement de la zone opérée peut se produire. Dans de rares cas, il est nécessaire de l’évacuer.
L’infection articulaire est rare, environ 1%, mais nécessite un lavage chirurgical avec parfois une reprise pour changer la prothèse ainsi qu’une antibiothérapie de longue durée. Ce risque est diminué par la recherche d’infections avant la chirurgie (dentaire, urinaire)
Des caillots sanguins dans les veines de la jambe peuvent se produire, formant une phlébite. Un protocole par anticoagulant faible dose est prescrit après l’intervention pour limiter ce risque.
Les nerfs et artères entourant le genou peuvent être accidentellement touchés, cette complication est rarissime et peut nécessiter l’intervention d’un chirurgien vasculaire.
Parfois, la persistance de douleur ou l’apparition d’une usure sur les autres compartiments peut amener à remplacer cette prothèse par une prothèse totale de genou.

Résultats

La prothèse uni-compartimentage de genou permet dans la majorité des cas de diminuer les douleurs et favoriser la reprise des activités en donnant un genou plus naturel et plus actif qu’avec une prothèse totale de genou.
A titre d’idée, voici les résultats pouvant être attendus après cette chirurgie même si ils peuvent varier de manières importantes en particulier en fonction de votre condition physique avant l’intervention :
Indolence (95%), genou oublié (75%) (le fait de ne pas sentir que l’on a une prothèse), distance de marche 10 km, escaliers normaux, pas de boiterie ni canne, rares épanchements intra-articulaires.
Extension complète, flexion 145°.
Marche en montagne, ski de fond, tennis le plus souvent possible.
Surveillance avec votre chirurgien importante, possibilité de remplacement par une prothèse totale de genou assez facile.
Courbe de survie de la prothèse 90% à 10 ans.

Pourquoi et quand

Le cartilage du genou peut s’abimer, s’user avec le temps et devenir douloureux lors du mouvement. Cette usure du cartilage appelée arthrose est irréversible et évolue vers une dégradation de l’articulation responsable d’une douleur, d’une raideur, de boîterie et d’une diminution des activités.

En début d’évolution, les médicaments contre la douleur et les anti inflammatoires suffisent à masquer les symptômes et mener une vie normale. Lorsque leurs effets deviennent insuffisants, la question se pose d’une intervention chirurgicale.

Le frottement du cartilage usé qui n’est plus lisse est responsable des douleurs. Le but de la prothèse est de remplacer ce cartilage. Après la chirurgie, c’est donc la prothèse qui frotte ce qui permet de soulager les douleurs et ainsi améliorer la marche.

 

Anatomie du genou

Le genou est une articulation qui permet de joindre la jambe à la cuisse. Elle est mise à contribution de manière importante lors de la marche et de la course où elle supporte jusqu’à six fois le poids de notre corps. Elle met en jeu trois os : le fémur, le tibia et la patella (rotule), par le biais de trois articulations : l’articulation fémoro-patellaire et les articulations fémoro-tibiales interne et externe. L’arthrose est uni-compartimentage si elle atteint un seule de ces trois compartiments. Sous certaines conditions, il est alors possible de réaliser une prothèse unicompartimentale qui ne touche pas au reste du genou. Si l’arthrose est bi ou tri compartimentage, il convient alors de réaliser une prothèse totale de genou qui remplace tout le cartilage usé.

 

Intervention

La durée est d’environ une heure et se pratique sous anesthésie générale ou rachi anesthésie.

On réalise une incision à la face antérieure du genou puis on contourne la rotule pour s’assurer une bonne visualisation de l’articulation. A l’aide de guides de coupe très précis, l’os est sculpté afin de retirer le cartilage abîmé et l’espace pour recevoir la prothèse est créé. Une prothèse d’essai est d’abord mise en place ce qui permet de choisir la taille adaptée et réaliser un dernier contrôle. La prothèse définitive est ensuite scellée. Elle est composée de deux éléments remplaçant le cartilage d’un plateau tibial et d’un condyle fémoral.

Un traitement contre la douleur est mis en place; il sera adapté en fonction de ce que vous ressentez.

Suites opératoires

La durée d’hospitalisation varie de 48 heures à quelques jours. La rééducation est débutée le jour même selon les protocoles de récupération rapide qui sont developpés actuellement.

La sortie se fait généralement à domicile, où la rééducation est poursuivie.

Des cannes sont utilisées en fonction de la douleur et sont généralement abandonnées à 4 semaines.

La reprise de la conduite est envisageable à un mois.

La reprise du travail se fait en moyenne à 6 semaines mais varie de manière importante selon votre activité.

La reprise des activités sportives telles que la natation, le vélo peuvent se faire très rapidement; les sports avec plus d’impact tels que le footing à partir du 3éme mois.

Risques

Une raideur peut se developper d’où l’importance de la rééducation afin de récupérer de bonnes mobilités.

Un saignement de la zone opérée peut se produire. Dans de rares cas, il est nécessaire de l’évacuer.

L’infection articulaire est rare, environ 1%, mais nécessite un lavage chirurgical avec parfois une reprise pour changer la prothèse ainsi qu’une antibiothérapie de longue durée. Ce risque est diminué par la recherche d’infections avant la chirurgie (dentaire, urinaire)

Des caillots sanguins dans les veines de la jambe peuvent se produire, formant une phlébite. Un protocole par anticoagulant faible dose est prescrit après l’intervention pour limiter ce risque.

Les nerfs et artères entourant le genou peuvent être accidentellement touchés, cette complication est rarissime et peut nécessiter l’intervention d’un chirurgien vasculaire.

Parfois, la persistance de douleurs ou l’apparition d’une usure sur les autres compartiments peut amener à remplacer cette prothèse par une prothèse totale de genou.

Résultats

La prothèse uni-compartimentage de genou permet dans la majorité des cas de diminuer les douleurs et favoriser la reprise des activités en donnant un genou plus naturel et plus actif qu’avec une prothèse totale de genou.

A titre d’idée, voici les résultats pouvant être attendus après cette chirurgie même si ils peuvent varier de manières importantes en particulier en fonction de votre condition physique avant l’intervention :

Indolence  (95%), genou oublié (75%) (le fait de ne pas sentir que l’on a une prothèse), distance de marche 10 km, escaliers normaux, pas de boiterie ni canne, rares épanchements intra-articulaires.

Extension complète, flexion 145°.

Marche en montagne, ski de fond, tennis le plus souvent possible.

Surveillance avec votre chirurgien importante, possibilité de remplacement par une prothèse totale de genou assez facile.

Courbe de survie de la prothèse 90% à 10 ans.

1. Genou sain.

Il n’y a pas de lésion cartilagineuse.

2. Prothèse uni-compartimentale de genou.

Le cartilage usé est remplacé par la prothèse. Cette dernière contient un implant fémoral et un implant tibial.

3. Arthrose uni-compartimentale.

Le cartilage est abimé en interne. Il n’y a pas d’arthrose sur les autres parties de l’articulation.

4. Réalisation des coupes osseuses.

Ces coupes permettent de retirer le cartilage abimé et de ré-axer le genou. Elles créent l’espace pour la prothèse.

5. Implantation de la prothèse.

L’implant fémoral et tibial est mis en place remplaçant ainsi le cartilage.

09 50 93 00 88

Contact@DrEven.fr

Prendre rendez-vous

Par internet :

Par téléphone :

09 50 93 00 88

Informations

Contact@DrEven.fr

Sur les réseaux

    Laissez un message

    Pin It on Pinterest