Information médicale

Fiches illustrées vous décrivant les interventions chirurgicales les plus courantes.

Information médicale

Ostéotomie tibiale de valgisation

L’ostéotomie tibiale est un geste conservateur s’opposant ainsi aux prothèses de genoux uni-compartimentales  ou totales qui vont remplacer le cartilage. Utilisée en cas de désaxation du genou, elle permet de soulager les douleurs et de ralentir l’évolution arthrosique. Ses suites contraignantes la limite aux patients jeunes avec une arthrose débutante et une demande fonctionnelle importante.

1. Avant et après chirurgie.

Les deux ostéotomies tibiales ont permis de ré-axer les deux membres inférieurs.

2. Avant chirurgie.

Le trait de coupe sera réalisé au niveau de la partie proximale du tibia.

3. Après chirurgie.

L’ouverture a été réalisée, elle est maintenue par une greffe et une plaque vissée.

4. Radiographie post-opératoire.

Elle permet de mesurer la correction et de vérifier le positionnement de la plaque.

Pourquoi et quand

Cette intervention s’adresse au personnes ayant une arthrose interne débutante genou. Cela correspond à une usure du cartilage fémoral et tibial du bord interne du genou. Elle est le plus souvent favorisée par un défaut d’axe du membre que l’on dit en genu varum. Au lieu d’être parfaitement droite, les jambes sont arquées vers l’extérieur, comme Lucky Luke. Il est très facile de le tester sur soi-même, il suffit de se mettre debout les deux pieds joints et de regarder si il existe un espace entre les genous.
Très courante, cette désaxation est responsable d’une mauvaise transmission du poids du corps qui surcharge le bord interne du genou et décharge le bord externe. Cette surcharge va progressivement provoquer une usure interne précoce qui va augmenter la déformation et la surcharge.
A un stade avancé, l’usure du cartilage (arthrose) nécessitera en cas de douleur une prothèse de genou qui pourra éventuellement être partielle en ne remplaçant que le compartiment interne ou totale.
Chez les personnes jeunes ou sportives ayant des douleurs et éventuellement une arthrose débutante, il est possible de ré-axer le genou.
Cela permet :
– De diminuer et même le plus souvent de supprimer les douleurs et de reprendre une activité sportive en rééquilibrant le poids du corps sur les compartiments interne et externe du genou.
– Cela diminue la progression de l’arthrose et de la déformation avec le temps.
– Cela recule ou évite le risque de prothèse de genou.
Cette solution chez les patients jeunes lorsqu’elle est possible est bien meilleure que la réalisation d’une prothèse de genou qu’il faudra changer à cause de son usure et qui donne un genou un genou moins sportif que celui après ostéotomie.

Anatomie du genou

Le genou est l’articulation unissant la cuisse à la jambe en articulant le fémur au tibia. Il comprend en réalité trois sous articulations. Une articulation fémoro-tibiale interne qui est donc sur sollicitée lors des déformations en genu varum. Une articulation fémoro-tibiale externe qui avec l’interne doit supporter le poids du corps. Une articulation fémoro-patellaire entre le fémur et la rotule.

Intervention

Elle consiste à ré-axer le genou en réalisant une coupe osseuse du tibia (ostéotomie) qui permet de modifier l’axe de la jambe.
La durée est d’environ 60 minutes et se pratique sous anesthésie générale ou rachi-anesthésie.
Un incision d’environ 8 cm est pratiquée à la face antéro-interne du genou. Le niveau de l’ostéotomie est ensuite vérifié à l’aide de radiographies per-opératoires puis la coupe osseuse est réalisée à l’aide de ciseaux à os, équivalents des ciseaux à bois des menuisiers. La coupe est volontairement incomplète afin de laisser une charnière osseuse en externe. Très délicatement, les deux bords de la coup osseuse sont ensuite écartés ce qui permet de corriger progressivement la déformation. Une fois la correction souhaitée obtenue, l’os est fixé par une plaque vissée. Si nécessaire, il est ajouté dans l’espace créé entre les deux coupes une greffe osseuse ou un substitut osseux dont le but est d’assurer à terme la consolidation osseuse.
L’espace sous cutanée et la peau sont ensuite suturés et un pansement stérile est réalisé.
Un traitement contre la douleur est mis en place, surveillé et adapté à ce que vous ressentez.

Suites opératoires

La durée d’hospitalisation est généralement de deux jours.
La marche est immédiatement reprise mais elle est protégée par l’utilisation de béquilles et d’une attelle de Zimmer qu’il convient de garder jours et nuit pendant 6 semaines. (Attelle à scratch bloquant le genou en extension.
La kinésithérapie est débutée dès le lendemain chez un kinésithérapeute qui pourra retirer l’attelle afin de faire travailler les mobilités du genou.
Il faut glacer le plus souvent possible , au moins 5 fois 20 minutes par jour.
La reprise de la conduite est envisageable à 6 ou 8 semaines selon qu’il s’agisse du membre inférieur gauche ou droit.
La reprise du travail se fait entre 2 à 3 mois mais avec d’importantes variations en fonction de votre activité.
La reprise du sport se fait de manière progressive par paliers à partir de 4 mois.

Risques

Une raideur peut se developper d’où l’importance de la rééducation afin de récupérer de bonnes mobilités.
Un saignement de la zone opérée peut se produire. Dans de rares cas, il est nécessaire de l’évacuer.
L’infection articulaire est rare ( moins de 1% dans notre établissement) Si cela se produit, il est nécessaire de faire un lavage chirurgical et de mettre en place une antibiothérapie pendant 6 semaines.
Des caillots sanguins peuvent se créer dans les veines des jambes, constituant une phlébite. Des anticoagulants sont prescrits en systématique pendant une courte durée pour réduire ce risque au maximum.
C’est rare mais il peut être nécessaire de faire un second geste chirurgical en cas de non consolidation de la coupe osseuse, fracture du plateau tibiale lors de la coupe, exès ou insuffisance de correction.

Résultats

Il s’agit du traitement de l’arthrose interne débutante du genou. Il permet de conserver votre articulation en la ré-axant et s’oppose ainsi au traitement par prothèse qu’il recule voire évite. Il peut cependant rester quelques douleurs dans la mesure où il conserve votre cartilage qui est souvent déjà un peu usé.
Dans 80% des cas, il supprime les douleurs et permet une reprise complète des activité sportives y compris en compétition. Cependant les sports les plus traumatisants pour le genou peuvent accélérer l’arthrose et avancer une éventuelle prothèse de genou.
A titre d’idée, voici les résultats pouvant être attendus après cette chirurgie même si ils peuvent varier de manières importantes en particulier en fonction de votre condition physique avant l’intervention :
Indolence (95%), genou oublié (80%) (le fait de ne pas sentir que l’on a été opéré), distance de marche illimitée, escaliers normaux, pas de boiterie ni canne, rares épanchement intra-articulaires.
Extension complète, flexion 145°.
Tout les sports, y compris avec impact possibles même si non recommandés
Surveillance avec votre chirurgien importante, possibilité de remplacement par une prothèse totale de genou assez facile.
Courbe de survie sans ré-intervention 70% à 10 ans.

Pourquoi et quand

 

Cette intervention s’adresse au personnes ayant une arthrose interne débutante genou. Cela correspond à une usure du cartilage fémoral et tibial du bord interne du genou. Elle est le plus souvent favorisée par un défaut d’axe du membre que l’on dit en genu varum.  Au lieu d’être parfaitement droite, les jambes sont arquées vers l’extérieur, comme Lucky Luke. Il est très facile de le tester sur soi-même, il suffit de se mettre debout les deux pieds joints et de regarder si il existe un espace entre les genous.

Très courante, cette désaxation est responsable d’une mauvaise transmission du poids du corps qui surcharge le bord interne du genou et décharge le bord externe. Cette surcharge va progressivement provoquer une usure interne précoce qui va augmenter la déformation et la surcharge. 

A un stade avancé, l’usure du cartilage (arthrose) nécessitera en cas de douleur une prothèse de genou qui pourra éventuellement être partielle en ne remplaçant que le compartiment interne ou totale.

Chez les personnes jeunes ou sportives ayant des douleurs et éventuellement une arthrose débutante, il est possible de ré-axer le genou.

Cela permet :

– De diminuer et même le plus souvent de supprimer les douleurs  et de reprendre une activité sportive en rééquilibrant le poids du corps sur les compartiments interne et externe du genou.

– Cela diminue la progression de l’arthrose et de la déformation avec le temps.

– Cela recule ou évite le risque de prothèse de genou.

Cette solution chez les patients jeunes lorsqu’elle est possible est bien meilleure que la réalisation d’une prothèse de genou qu’il faudra changer à cause de son usure et qui donne un genou un genou moins sportif que celui après ostéotomie.

 

Anatomie du genou

 

Le genou est l’articulation unissant la cuisse à la jambe en articulant le fémur au tibia. Il comprend  en réalité trois sous articulations. Une articulation fémoro-tibiale interne qui est donc sur sollicitée lors des déformations en genu varum. Une articulation fémoro-tibiale externe qui avec l’interne doit supporter le poids du corps. Une articulation fémoro-patellaire entre le fémur et la rotule.

 

Intervention

 

Elle consiste à ré-axer le genou en réalisant une coupe osseuse du tibia (ostéotomie) qui permet de modifier l’axe de la jambe.

La durée est d’environ 60 minutes et se pratique sous anesthésie générale ou rachi-anesthésie.

Un incision d’environ 8 cm est pratiquée à la face antéro-interne du genou. Le niveau de l’ostéotomie est ensuite vérifié à l’aide de radiographies per-opératoires puis la coupe osseuse est réalisée à l’aide de ciseaux à os, équivalents des ciseaux à bois des menuisiers. La coupe est volontairement incomplète afin de laisser une charnière osseuse en externe. Très délicatement, les deux bords de la coupe osseuse sont ensuite écartés ce qui permet de corriger progressivement la déformation. Une fois la correction souhaitée obtenue, l’os est fixé par une plaque vissée. Si nécessaire, il est ajouté dans l’espace créé entre les deux coupes une greffe osseuse ou un substitut osseux dont le but est d’assurer à terme la consolidation osseuse.

L’espace sous cutané et la peau sont ensuite suturés et un pansement stérile est réalisé.

Un traitement contre la douleur est mis en place, surveillé et adapté à ce que vous ressentez.

 

Suites opératoires

La durée d’hospitalisation est généralement de deux jours.

 La marche est immédiatement reprise mais elle est protégée par l’utilisation de béquilles et d’une attelle de Zimmer qu’il convient de garder jours et nuit pendant 6 semaines. (Attelle à scratch bloquant le genou en extension.

La kinésithérapie est débutée dès le lendemain chez un kinésithérapeute qui pourra retirer l’attelle afin de faire travailler les mobilités du genou.

Il faut glacer le plus souvent possible , au moins 5 fois 20 minutes par jour.

La reprise de la conduite est envisageable à 6 ou 8 semaines selon qu’il s’agisse du membre inférieur gauche ou droit.

La reprise du travail se fait entre 2 à 3 mois mais avec d’importantes variations en fonction de votre activité.

La reprise du sport se fait de manière  progressive par paliers à partir de 4 mois. 

 

Risques

Une raideur peut se developper d’où l’importance de la rééducation afin de récupérer de bonnes mobilités.

Un saignement de la zone opérée peut se produire. Dans de rares cas, il est nécessaire de l’évacuer.

L’infection articulaire est rare ( moins de 1% dans notre établissement) Si cela se produit, il est nécessaire de faire un lavage chirurgical et de mettre en place une antibiothérapie pendant 6 semaines.

Des caillots sanguins peuvent se créer dans les veines des jambes, constituant une phlébite. Des anticoagulants sont prescrits en systématique pendant une courte durée pour réduire ce risque au maximum.

C’est rare mais il peut être nécessaire de faire un second geste chirurgical en cas de non consolidation de la coupe osseuse, fracture du plateau tibiale lors de la coupe, exès ou insuffisance de correction.

 

 

Résultats

Il s’agit du traitement de l’arthrose interne débutante du genou. Il permet de conserver votre articulation en la ré-axant et s’oppose ainsi au traitement par prothèse qu’il recule voire évite. Il peut cependant rester quelques douleurs dans la mesure où il conserve votre cartilage qui est souvent déjà un peu usé.

Dans 80% des cas, il supprime les douleurs et permet une reprise complète des activité sportives y compris en compétition. Cependant les sports les plus traumatisants pour le genou peuvent accélérer l’arthrose et avancer une éventuelle prothèse de genou.

A titre d’idée, voici les résultats pouvant être attendus après cette chirurgie même si ils peuvent varier de manières importantes en particulier en fonction de votre condition physique avant l’intervention :

Indolence  (95%), genou oublié (80%) (le fait de ne pas sentir que l’on a été opéré), distance de marche illimitée, escaliers normaux, pas de boiterie ni canne, rares épanchement intra-articulaires.

Extension complète, flexion 145°.

Tout les sports, y compris avec impact possibles même si non recommandés

Surveillance avec votre chirurgien importante, possibilité de remplacement par une prothèse totale de genou assez facile.

Courbe de survie sans ré-intervention 70% à 10 ans.

1. Avant et après chirurgie.

Les deux ostéotomies tibiales ont permis de ré-axer les deux membres inférieurs.

2. Avant chirurgie.

Le trait de coupe sera réalisé au niveau de la partie proximale du tibia.

3. Après chirurgie.

L’ouverture a été réalisée, elle est maintenue par une greffe et une plaque vissée.

4. Radiographie post-opératoire.

Elle permet de mesurer la correction et de vérifier le positionnement de la plaque.

09 50 93 00 88

Contact@DrEven.fr

Prendre rendez-vous

Par internet :

Par téléphone :

09 50 93 00 88

Informations

Contact@DrEven.fr

Sur les réseaux

    Laissez un message

    Pin It on Pinterest