Le PRP, de quoi s’agit il?

Les infiltrations de PRP (Platelet-Rich Plasma) sont une thérapie biologique. On réalise une simple prise de sang au patient comme pour un bilan. La centrifugation de la seringue permet d’isoler les plaquettes et facteurs de croissance. Ce sont eux qui constituent le PRP. Enfin, le concentré est réinjecté au niveau des lésions musculo-squelétiques pour favoriser leur guérison.

Le PRP correspond donc aux plaquettes ainsi qu’à une partie du sérum du patient. Il s’agit d’un concentré riche en facteurs de croissance et en éléments permettant la cicatrisation des muscles, des tendons…

Les PRP sont utilisés depuis plus d’une dizaine d’années. Ils ont gagné en popularité par la couverture médiatique liée à leur utilisation dans le monde sportif de haut niveau. Tiger Woods, Raphael Nadal, les joueurs du Barça ont été parmi les premiers à les utiliser. Initialement considéré comme une pratique dopante car manipulant les produits sanguins, le PRP est autorisé en compétition par l’agence mondiale anti-dopage depuis 2011.

L’objectif des PRP est de favoriser la cicatrisation des tissus. Le chirurgien les utilise pour les lésions de mauvais pronostic. Celles dont on sait  que la qualité naturelle de cicatrisation est mauvaise (certains tendons, ligaments…) ou lorsque le processus de cicatrisation spontanée d’une lésion est insuffisant. Parmi les différentes études sur leur efficacité, certaines ont montré des résultats très encourageants alors que d’autres sont plutôt décevants. Les connaissances actuelles montrent que le traitement peut être utile mais sous certaines conditions. Son association avec d’autres procédés tels que le needling de la lésion peut contribuer à de meilleurs résultats. Le médecin réalise l’infiltration de manière stérile, guidé par échographie si besoin.

Les complications sont rares dans la mesure où il s’agit de réinjecter à un autre endroit une partie du sang appartenant au patient. Pour cette raison, cela intéresse les patients qui préfèrent une approche plus naturelle du traitement de leur lésion ainsi que les patients qui sont en échec des autres traitements.

Les indications fréquentes de PRP sont :

  • Les lésions ligamentaires chroniques (tendinopathies, « tendinites »)
  • L’arthrose précoce
  • Les lésions cartilagineuses
  • Certaines lésions musculaires chroniques
  • Le Tennis elbow
  • Le Golfer’s elbow

Quel est le déroulement du traitement par PRP?

Une première consultation est nécessaire afin de comprendre le problème, de réaliser l’examen clinique et d’analyser les différents examens radiologiques. Elle permet de réaliser ou confirmer le diagnostic.  Elle permet de savoir si les PRP peuvent être utiles dans ce cas précis.

Le médecin expliquera ensuite la procédure avec ses bénéfices attendus, les risques ainsi que les suites.  Ce sera aussi le moment pour répondre aux questions que le patient se pose.

Lors du geste, on obtient le PRP à partir d’une prise de sang standard. La seringue stérile contenant le sang est ensuite centrifugée afin de séparer les différents constituants. Puis le PRP et les facteurs de croissance sont extraits et réinjectés de manière stérile au contact de la lésion.

Les protocoles incluent généralement plusieurs injections. Un guidage échographique est nécessaire pour de nombreuses indications afin d’infiltrer au mieux la lésion. Le médecin réalise l’infiltration dans des conditions stériles afin de réduire au maximum le risque d’infection. Le nombre d’infiltrations varie selon la pathologie et des facteurs individuels. Si le patient ressent un soulagement satisfaisant avant la fin du protocole, il n’est pas nécessaire de faire l’infiltration suivante.

Dans la majorité des indications, on améliore le résultat en couplant les infiltrations à un programme adapté de rééducation afin de permettre au muscle, tendon… de récupérer au fur et a mesure de sa guérison une souplesse et une force qui permettra un bon niveau de fonction.

 

Pin It on Pinterest

Partagez ?

"On ne jouit bien que de ce qu'on partage" Madame de Genlis