La chirurgie de la hanche et du genou s’est développée de manière importante ces dernières années et d’importants progrès ont été réalisés ce qui permet une récupération beaucoup plus rapide. Cependant, les patients étant de plus en plus actifs, le délai de reprise de la conduite après intervention est un facteur extrêmement important. Il conditionne souvent la reprise de l’activité professionnelle et d’une partie de la vie sociale. La réponse à la question est complexe car il s’agit en premier lieu d’une question médicale mais aussi d’une question légal et d’un problème d’assurance.

 

L’avis de votre chirurgien

D’un point de vue médical, de nombreuses études ont cherché à répondre à cette question. La plupart ont logiquement considéré qu’il était possible de reprendre la conduite lorsque l’on est capable de réaliser un freinage d’urgence s’il s’agit de la jambe droite. En 2016, une synthèse de la littérature a montré qu’en moyenne, il fallait 4 semaines de récupération après une prothèse de hanche, de genou ou une ligamentoplastie pour freiner en urgence. La force du freinage, le temps de réaction et la distance de freinage étaient identiques aux tests réalisés avant l’intervention. Attention, il s’agit d’une moyenne, cela signifie que certaines personnes atteignent ces objectifs plus tôt et que d’autres n’en sont pas capables à 6-8 semaines. Cette même étude montrait que les patients opérés de la jambe gauche conduisaient 10 jours après la chirurgie. Il faut cependant noter qu’il s’agit surtout d’études américaines avec des voitures automatiques, la jambe gauche était donc totalement au repos.

D’un point de vue pratique, la reprise doit être progressive, d’abord sur petite distance puis sur grande. La conduite doit se faire sans douleur et vous devez vous sentir à l’aise.

Attention, si vous avez une attelle rigide ou n’avez pas le droit à l’appui, ne retenez pas ce délai moyen de 4 semaines, il sera plus sage d’attendre la reprise de la marche.

 

L’avis de la loi

Il n’y pas de loi spécifique sur la conduite après une chirurgie, ni de délai obligatoire d’où la place à une certaine interprétation, l’objectif étant bien évidement que votre interprétation concorde avec celle de l’agent qui vous contrôlera.

L’article R412-6 du Code de la route dispose que « tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent. » La peine encourue est une amende allant jusqu’à 150 euros et l’immobilisation du véhicule.

Par conséquent, si vous n’avez pas d’attelle entravant vos mouvements, que vous conduisez normalement en ayant respecté l’avis de votre chirurgien, vous êtes en accord avec la loi. Inversement le conducteur qui reprend à 10 jours et se fait arrêter après des écarts car il maitrise mal son véhicule va se voir inquiéter.

 

L’avis de votre assureur

En cas d’accident, l’assureur pourra chercher à démontrer que vous n’étiez pas en capacité de conduire et refuser de vous indemniser vous et les dommages corporels et matériels découlant de l’accident. Si vous conduisiez avec une attelle ou si on voit que vous aviez du mal à marcher en posant le pied par terre, il vous sera difficile de prouver votre bonne foi. Une fois encore si vous avez bien respecté les conseils de votre chirurgien, il ne devrait pas y avoir de soucis.

 

Référence

When Can I Drive After Orthopaedic Surgery? A Systematic Review.  DiSilvestro KJ et al. Clin Orthop Relat Res. (2016)

A propos de l’auteur :

Chirurgien orthopédique et médecin du sport, le Docteur Julien Even opère les pathologies de la hanche du genou et de la cheville. Il est aussi médecin de l’équipe professionnelle du Paris Football Club.

Pin It on Pinterest

Partagez ?

"On ne jouit bien que de ce qu'on partage" Madame de Genlis